Mon défi : Un an de musculation avec un régime végétarien – Présentation

Je suis végétarien. Je peux l’affirmer publiquement, et je le suis depuis très récemment. Je vais retracer dans cette série d’articles toutes les modifications notables qui interviendront au sein de ma vie dans une période d’un an. Cela concerne aussi bien le sport (masse musculaire, performances), la manière de penser, la gestion des différentes émotions (motivation, stress…) et tout ce qui m’apparaît comme suffisamment important et différent par rapport à mes 26 années d’alimentation carnée.

Bien sûr, une variation de performance peut être due à énormément de facteurs, mais la nutrition reste une des principales raisons. De plus, je ne pense pas (il ne faut jamais dire jamais) avoir de changements majeurs dans ma vie durant cette période, comme par exemple travailler de nuit ou déménager à l’étranger.

Je ferai un compte rendu au travers plusieurs articles, afin de savoir si l’année se termine sur une réussite ou un échec. Je vais t’expliquer dans ce premier article pourquoi j’ai fait ce choix alimentaire, ce que j’espère réaliser durant cette année et par quels moyens je compte arriver à mes objectifs.

Mon but n’est pas de rebasculer vers une alimentation omnivore au bout d’un an, le titre est simplement le nom donné à mon aventure consistant à tenter d’augmenter ma masse musculaire et mes performances physiques durant un an suite à mon changement d’alimentation.

Motivations personnelles

La musculation est un sport souvent jugé incompatible avec le végétarisme (oh protéine sacrée !), mais je vais toutefois tenter de faire en sorte d’augmenter ma masse musculaire et mes performances, en testant et adaptant progressivement mon alimentation au fil du temps.

Mais il ne s’agit pas de possible retour à une alimentation carnée même si l’année se termine sur une note négative. Je suis convaincu que cela sera impossible pour moi, car ce choix part à la base d’un choix moral et non en lien avec le sport.

Je ne vais pas m’étaler sur le sujet mais disons qu’une longue période de renseignements et de réflexions renforcée par les scandales récemment observés dans les abattoirs m’ont amené à une certaine prise de conscience sur l’importance de mes actes. J’ai réalisé que je devais faire en sorte de progresser personnellement en minimisant au maximum la souffrance et la dépendance d’êtres sensibles.

L’étape qui a été la plus difficile pour moi a été de faire la connexion entre le morceau de viande présenté découpé en magasin et l’animal en lui-même. Une fois ce lien réalisé, j’ai réduit progressivement ma consommation de viande et de poisson tout en augmentant le temps consacré à me renseigner sur une autre manière de manger, pour éviter au maximum les carences et continuer à progresser au moment de passer réellement à l’acte.

Treeninglife article 1 défi régime viande végétarien lifestyle musculation

Car il faut l’avouer, la plupart des gens qui désirent se tourner vers le végétarisme ont le plus souvent la crainte d’avoir des carences. Mais cette peur est bien plus importante si cette personne est sportive, et encore plus si elle pratique la musculation.

En tant que coach sportif, et passionné par la nutrition, j’ai étudié pendant un certain temps l’alimentation sportive, et c’était devenu simple d’avoir une alimentation équilibrée et adaptée à mes objectifs avec un régime carné. Mais passer à une alimentation végétarienne est une nouvelle manière d’appréhender le sport et la vie quotidienne. De nouvelles questions apparaissent comme :

« Peut-on être sportif et végétarien ? Quels sont les meilleures sources de protéines ? Comment ne pas avoir de carences ? » Si toi aussi tu te poses ces questions et tu te demandes si c’est possible d’y répondre sans inclure la consommation de chair animale, cette série d’articles te permettra de suivre mon parcours, de te montrer ce que ce nouveau mode alimentaire a occasionné sur moi et pourquoi pas t’en inspirer.

Attention, il ne s’agit que de mon point de vue et d’une évolution personnelle. Chacun réagit différemment dans l’alimentation selon ses caractéristiques (métabolisme, intolérances…).

Objectifs : lesquels ?

Mes ambitions sont simples. Je vais partir d’une série de photos et tests physiques, et définir des objectifs à atteindre en fin de parcours (12 mois). Tous les 2 mois, c’est-à-dire à la parution d’un nouvel article, je ferai de nouveau ces photos et tests, pour suivre l’évolution.

J’évoquerai dans chaque article tout ce qui me semble intéressant, en relation avec mon alimentation et mon entraînement. Je détaillerai les nouveautés dans mon assiette. Lors du dernier article, je ferai un bilan pour déterminer si l’année se conclue sur une réussite ou un échec et j’expliquerai comment je compte organiser mon alimentation et mes entraînements à l’avenir.

Objectifs : comment les atteindre ?

Personnellement, je ne suis pas du genre à compter ses calories. Cela ne me motive pas du tout, je pense avoir le minimum de volonté et d’auto discipline pour atteindre le juste milieu entre manger junk food midi et soir et peser tous les aliments ingérés. De plus, le régime végétarien présente l’avantage de se nourrir d’une manière globalement plus saine qu’avec un régime omnivore, ce qui facilité la tâche. Cela s’explique entre autres par la moindre présence de produits riches en acides gras saturés et la plus grande présence d’antioxydants et de fibres.

Je partirai donc de mon alimentation actuelle et j’adapterai les quantités de manière progressive selon les ressentis pendant / hors entrainement et les résultats des mensurations et tests. J’ajouterai également de nouveaux aliments afin de déterminer leurs effets et bénéfices.

A l’instar de l’alimentation, je me situe au juste milieu entre le sportif extrêmement discipliné et celui qui travaille au feeling. Je ne suis pas fan du programme de musculation suivi à 1000% à la lettre et non plus du genre à faire une crise d’angoisse en cas de changement de dernière minute. Mais je ne suis pas non plus du genre à m’entraîner n’importe comment, en faisant les jambes 1 fois par mois quand elles sont la seule partie du corps ou je n’ai pas de courbatures.

J’ai une routine d’entraînement qui change selon mes objectifs et mes envies, mais je n’hésite pas à casser cette routine de temps en temps pour faire des wod types crossfit, pour faire un training inventé sur l’instant en m’inspirant du matériel disponible, ou pour m’entraîner avec quelqu’un tout simplement.

treeninglife-article-1-defi-nature-sport-lifestyle-musculation-vegetarien

Je pense que la notion de plaisir est très importante, un programme trop strict est vite lassant et les résultats pas aussi bons qu’attendus. Je partirai donc de ma programmation actuelle que j’expliquerai dans les articles et j’y ajouterai les envies de progression du moment et les entraînements plus originaux que j’ai pu réaliser.

Me voici donc prêt pour cette aventure. Je n’emploie pas le mot expérience car il ne m’inspire pas une connotation assez positive. Le choix du végétarisme est quelque chose qui me tient à cœur car il découle d’une nouvelle philosophie de vie. Je le répète, si cette aventure se termine sur un échec, il ne changera pas ma manière de penser et mon nouveau regard sur le monde.

Je vais donc tout faire pour réussir. Après tout, si un sportif, avec tous les besoins supplémentaires qu’il a comparé à une personne non sportive, arrive à ses objectifs en étant végétarien, végétalien ou vegan en étant en pleine santé sans aucune carence, tout le monde peut l’être, pas vrai ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *