Le micro-ondes est dangereux : mythe ou réalité ?

Le four à micro-ondes fait partie intégrante de la cuisine moderne, puisque 88% des foyers Français en possèdent un, soit près de 9 sur 10. Que ce soit pour chauffer, réchauffer, décongeler, son rôle est surtout de faire gagner du temps, d’aider à aller toujours plus vite.

On achète vite, on réchauffe vite, on mange vite. Cependant, le micro-ondes est sujet à de plus en plus de questionnements, à une époque où l’on commence sérieusement à se soucier de sa santé.

Comment fonctionne un four à micro-ondes ?

L’invention du micro-onde a été faite par un ingénieur qui travaillait sur des radars, à l’armée. Un four à micro-ondes possède un magnétron, ce dernier produisant des ondes, étant elles-mêmes à l’origine d’un champ magnétique.

Pour simplifier, le micro-ondes fonctionne grâce à l’agitation des molécules d’eau contenue dans les aliments. C’est donc uniquement l’eau contenue dans l’aliment qui produit de la chaleur, et cette chaleur vas se propager au reste de l’aliment par conduction.

La différence entre le micro-ondes et la cuisson traditionnelle est la manière dont la cuisson se propage. La cuisson traditionnelle va chauffer l’aliment de l’extérieur vers l’intérieur, alors que la cuisson au micro-ondes va chauffer l’aliment dans son ensemble, de manière uniforme.

Un four à micro-ondes est constitué d’une cage de Faraday : une cage métallique entièrement fermée, censée protéger les utilisateurs du rayonnement. On comprend alors que les ondes générées sont possiblement dangereuses… Alors, y a-t-il un risque pour l’homme ? De plus, si le rayonnement reste bien à l’intérieur de l’appareil, n’est-il pas dangereux de consommer des aliments affectés par ce rayonnement ?

Quels risques pour la santé ?

 » Cet appareil est considéré par la population française comme l’un des 10 objets dont on ne peut absolument pas se passer «  En effet, il est rare de ne pas voir de micro-ondes dans une cuisine actuelle.

Tiens, « dont on ne peut pas se passer », ça fait étrangement la cigarette. Addictif, « potentiellement » dangereux mais autorisé. Alors que disent les études concernant les risques sur la santé du micro-ondes ?

Comme souvent, deux camps s’affrontent avec d’un côté, les défenseurs et de l’autre, les détracteurs. On va se concentrer sur deux choses : les interactions entre les ondes et l’utilisateur et les interactions entre les ondes et la nourriture.

– Les ondes :

Défenseur :
Elles sont non ionisantes, c’est-à-dire qu’elles n’altèrent pas la qualité du vivant. En soi, les ondes du micro-ondes sont semblables aux ondes Wifi ou à celles du téléphone portable mais elles sont moins dangereuses (on connait maintenant le lien entre portable et cancers).


Détracteur :
Les ondes sont non ionisantes mais elles ne sont pas pour autant inoffensives. C’est d’ailleurs pour cela que la cage de Faraday existe. Le rayonnement peut s’échapper de manière plus ou moins importante et atteindre l’utilisateur, l’intensité maximal étant bien évidemment atteinte lors de l’état de marche.

Certains préconisent de débrancher le micro-ondes après chaque utilisation puisque le rayonnement continue d’être émis (à faible intensité) au repos. De plus, même si elles sont moins dangereuses que le portable, c’est bien qu’elles le sont quand même un minimum.

– La qualité de l’alimentation :

Défenseur :
Le micro-ondes ne réduit pas plus la qualité nutritionnelle d’un aliment (vitamines, minéraux…) qu’un autre mode de cuisson. Il est vrai que le mode de cuisson influence énormément la qualité de l’alimentation, le barbecue étant par ailleurs un des plus nocifs.

Plus la cuisson est élevée, plus elle altère la composition nutritionnelle de l’aliment et va augmenter le risque de contracter une maladie cardio-vasculaire. La cuisson au micro-ondes ne se fait pas à température élevée, elle est donc inoffensive.

Détracteur :
Le micro-ondes va au contraire dénaturer la composition des aliments. Le problème ne réside pas dans la température de cuisson. Le micro-ondes est un cas à part, puisque ce n’est pas la chaleur qui va être moteur du réchauffement de
l’aliment, mais les ondes qui vont faire tourner sur elles-mêmes les molécules d’eau des aliments (expliqué plus en détail plus loin).

Le réchauffement de l’aliment est donc une conséquence mécanique de la propagation des ondes à l’intérieur de celui-ci. Cela entraîne une production accrue de radicaux libres (qui endommagent les cellules) et va réduire la valeur nutritive des aliments. On note par la suite un affaiblissement du système immunitaire et une plus mauvaise capacité à résister contre le stress.

Du coup, pour ou contre ?

Personnellement, je suis contre. Les arguments défendant ou dénonçant les micro-ondes sont multiples mais le problème étant que l’on manque d’études à son sujet, étant un produit assez récent (quelques dizaines d’années).

Cela reste la cuisson la moins naturelle qui existe (le fait de cuire un aliment peut déjà être considéré comme non naturel car nous sommes les seuls animaux sur la planète à cuire nos aliments).

Il existe un risque, et je ne vois pas l’intérêt de prendre un risque inutile.


De plus, certaines études ont pu prouver la dangerosité du micro-ondes. On y découvre que :

– L’utilisation du micro-ondes est encore plus nocive pour la santé si l’aliment est réchauffé avec un récipient en plastique. Cette information est donnée par le professeur Pierre Martin, dans le livre « Eat » de Gilles Lartigot. En effet, la chaleur émise par l’agitation des molécules d’eau va se transmettre jusqu’aux aliments en contact avec le plastique (le plastique ne contenant pas d’eau, il ne chauffe pas directement).

Quand il est chauffé, le plastique libère des perturbateurs endocriniens. Ces derniers seront absorbés et stockés dans les couches graisseuses du consommateur et vont fortement perturber le système hormonal. De plus, les perturbateurs endocriniens se transmettent de la mère à l’enfant.

 

Le micro-ondes va entraîner une déformation des molécules d’eau, et cela entraîne de fortes perturbations pour l’organisme. Pour rappel, le micro-ondes fonctionne justement grâce au réchauffement des molécules d’eau, en les faisant tourner sur elles-mêmes à la vitesse de 2,5 milliards de fois par seconde, ce qui va produire de l’énergie et par conséquent chauffer l’aliment.

Mais il se trouve que le micro-onde va agir sur la disposition physique spatiale des molécules d’eau. L’angle de la liaison hydrogène est perturbé de 30% (expérience réalisée par le physicien Marc Henry).

La structure spatiale de la molécule d’eau sera modifiée après passage au micro-ondes

Où est le problème ? 100% des aliments (naturels) contiennent de l’eau, et donc 100% des aliments vont subir une déformation de la structure moléculaire de l’eau qu’ils contiennent. Et c’est là où ça devient extrêmement dangereux. Car même si le micro-ondes n’abaisse pas la valeur nutritionnelle des aliments, il va réduire considérablement l’assimilation et l’utilisation des nutriments étant donné que ces réactions dépendent de l’eau.

C’est pourtant logique. Rappelons-nous que le corps humain est composé d’environ 65% d’eau, et que l’eau sert (entre autres) à transporter les globules et les nutriments, au bon fonctionnement du système nerveux (le cerveau est composé à plus de 80% d’eau), à la régulation de la température thermique, à l’élimination des déchets métaboliques, etc, etc.

L’eau est capitale pour le maintien de la santé

Bien sûr, on ne consomme pas uniquement de l’eau via les aliments, mais il y a quand même une part non négligeable. De plus, un aliment entier (légume par exemple) est fait pour être assimilée de la sorte, l’ensemble de ses composants étant interdépendants. L’eau faisant partie des éléments de l’aliment, elle permet naturellement l’utilisation normale des nutriments.

L’eau consommée par un aliment chauffée au micro-ondes va être beaucoup moins efficace pour l’organisme et ne va pas pouvoir remplir pleinement ses fonctions. On parle alors d’eau « bio-incompatible » concernant l’eau chauffée au micro-ondes. Le Dr Ohlmann a fait l’expérience sur des végétaux.

On peut se demander si le corps ne va pas avoir des réactions de rejets suite à l’assimilation de cette eau bio-incompatible, afin de se préserver. Ce qui pourrait être la cause d’un affaiblissement du système immunitaire et d’une augmentation générale du stress, mais cela reste une hypothèse.

Il est même possible de faire une expérience chez soi pour voir le lien entre le micro-ondes et la bio-incompatibilité de l’eau qui en résulte. Elle consiste à faire pousser deux plantes, une étant alimentée avec de l’eau portée à ébullition dans une casserole puis refroidie et une avec de l’eau chauffée au micro-ondes puis refroidie aussi. Une personne a réalisée cette expérience.

On ne sait pas si sur la photo de l’expérience, l’eau de droite était de l’eau plate froide ou de l’eau plate portée à ébullition puis refroidie (2 versions l’expliquent), mais celle de gauche était en tout cas de l’eau chauffée au micro-ondes puis refroidie .

Et voici le résultat après 9 jours :

A gauche l’eau issue du micro onde, à droite l’eau issue d’une cuisson traditionnelle.

On va rester là-dessus.

En conclusion, je te dirai de faire ton choix, je ne suis pas là pour t’influencer. Le micro-ondes, comme beaucoup d’objets et d’habitudes du quotidien, sont sujets à controverse. Comme souvent, n’oublions pas qu’il y a des intérêts financiers et que les études qui démontrent son innocence sont à prendre avec du recul.

Je me rappelle de cette image partagé par Gilles Lartigot dans son show-conférence « Résilience », ou on voit un médecin faire la promotion du tabac, dans les années 50. A l’époque, personne ne voulait croire que le tabac était dangereux pour la santé.

Les alternatives existent. Il ne s’agit que de quelques minutes de « perdues » avec autre mode de cuisson. La cuisson vapeur par exemple est intéressante. Tu peux trouver des cuiseurs vapeur au prix d’un micro-ondes (environ une 40aine d’euros) comme celui-ci : 

Le réchauffage peut également se faire à la poêle. Quelques minutes en plus, mais des minutes qui peuvent faire la différence sur le capital santé à long terme. 

Personnellement, mon choix est fait. Je n’utilise plus le micro-ondes, sauf si je n’ai vraiment pas le choix. A toi de faire le tiens. Pour avoir des conseils afin de débuter la nutrition végétarienne / vegan et la musculation, tu peux télécharger mon guide gratuit en cliquant ici.

Sources
http://www.canalvie.com/sante-beaute/sante/prevention-et-maladies/les-micro-ondes-nocives-ou-pas-1.973064
https://www.youtube.com/watch?v=PhG7Rp-w_ds&t=339s
http://blog.aujourdhui.com/MarionKaplan/2468674/que-pensez-vous-de-l-utilisation-du-micro-ondes.html
https://www.santenatureinnovation.com/micro-ondes-a-la-decharge-ou-dans-votre-cuisine/
http://www.ericdarche.com/index.php/les-dossiers-du-mois/78-le-four-a-micro-ondes-est-il-favorable-a-la-sante