3 conseils pour muscler son torse sans jamais stagner

Le torse est probablement la partie que la plupart des hommes souhaitent développer en priorité (avec les bras). La plupart d’entre eux chercheront à avoir des pectoraux saillants, des épaules galbées et des abdominaux taillés. Pour les femmes, vis-à-vis du torse, même si la tendance générale est d’avoir en priorité un ventre plat et parfois des abdos plus ou moins visibles, il peut arriver qu’elles cherchent à raffermir leur poitrine ou également à dessiner plus ou moins intensément leurs épaules. Alors quelles sont les bonnes habitudes à mettre en place ?

Se concentrer sur les bons exercices

Que sont ces « bons » exercices ? Les exercices poly articulaires. Pour développer un muscle, peu importe lequel, il est primordial de se tourner vers le maximum d’exercices poly articulaires (qui font intervenir plusieurs articulations). Il en existe des tonnes mais je te conseille de travailler avec des exercices qui ont fait le plus leurs preuves, qui sont adaptés à ta morphologie et qui te plaisent. Quelques exemples des exercices les plus intéressants selon chacune des 3 zones (pectoraux, épaules, abdos) :

Bien sûr, il en existe beaucoup d’autres. Il est juste important de retenir que la très grande majorité des résultats s’obtiennent avec ce genre d’exercices (si possible poly articulaire) et non avec des exercices d’isolation, comme le butterfly pour les pectoraux ou les élévations latérales pour les épaules.

Varier les angles de travail

Certaines personnes passent leur vie à faire du développé couché sur un banc plat pour développer leurs pectoraux. C’est toujours mieux que de ne rien faire, mais il faut garder à l’esprit que la variété est une vraie clé pour constamment progresser, et cela sur n’importe quel muscle ou groupe musculaire.

Si on garde l’exemple du développé couché, l’inclinaison du banc va permettre de cibler plus ou moins intensément une zone des muscles recrutés. En réalisant un développé couché à plat, on va travailler la partie médiale des pectoraux. Mais si on incline le banc, la tension sera plus forte sur le haut des pectoraux.

C’est donc intéressant pour développer une partie plus spécifique du muscle mais aussi pour relancer la construction musculaire dans son ensemble. Quand le muscle est toujours stimulé avec le même angle de travail, il arrive souvent qu’il stagne car il est habitué à cette manière de s’entraîner et n’a plus aucune raison de grossir.

Muscler son dos

Pour développer son torse, il faut développer son dos. Et ce pour au moins 2 raisons.

La raison esthétique :

Un dos large va permettre d’« être taillé en V », ce qui va fortement accentuer l’impression de masse musculaire sur le torse. En effet, l’hypertrophie des dorsaux se voit aussi de face, sous les aisselles.

On peut voir que le physique de gauche a des dorsaux moins développés que le physique de droite, et que le torse du physique de droite apparaît plus musclé que celui de gauche. 
Même s’il est difficile de les comparer car ils n’ont pas la même génétique, les mêmes caractéristiques, une réponse anabolique différente (chaque zone réagit différemment, les pectoraux et même la plupart des muscles apparaissent plus galbés à droite), etc …, ils ont à peu près le même niveau en termes de développement musculaire mais les dorsaux plus musclés du physique de droite lui donne un torse visuellement beaucoup plus « plein » et développé que celui de gauche.

La raison anatomique :

Les muscles se développent de manière plus ou moins équilibrée. Si tu travailles uniquement les pectoraux et très peu les dorsaux, le corps va ralentir la progression des pectoraux, et peut être même la stagner. C’est simplement un mécanisme de protection du corps pour éviter des déséquilibres corporels et les blessures. Le but du corps est d’être fonctionnel et c’est pour cette raison que si tu travailles beaucoup le torse et peu le dos, tu progresseras en général moins vite que si tu accordes autant de temps pour chacune de ces deux zones.

Bien sûr, certains y arriveront moins bien en raison de leur morphologie, de leur génétique ou d’autres facteurs mais tu as tout intérêt à développer tes dorsaux pour avoir un physique plus harmonieux et perdurer sans te blesser.

La musculation du torse n’est donc pas compliquée. En allant vers l’essentiel, en ajoutant de la variété et en s’entraînant de manière équilibrée, on peut facilement éviter la stagnation. Mais n’oublie pas que la progression se passe aussi dans l’assiette, en mangeant de manière équilibrée et en veillant par exemple à consommer suffisamment de zinc ou d’omégas 3.

Si tu débutes et que tu désires d’autres conseils, dans l’entraînement ou la nutrition, tu peux télécharger mon guide gratuit situé sous cet article. Entraîne-toi avec le cœur, mange avec le cœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *